Fort Saint-Sébastien (France): Un fort éphémère pour préparer la prise de Maastricht en 1673

INRAP

Source -http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/Actualites/Communiques-de-presse/Les-derniers-communiques/Communiques-nationaux/p-14583-Un-fort-ephemere-pour-preparer-la-prise-de-Maastricht-en-1673-.htm

Une équipe d'archéologues de l'Inrap fouille, dans la plaine d'Achères (Yvelines), le fort Saint-Sébastien, camp d'entrainement des troupes de Louis XIV en vue de la prise de Maastricht. Ces fouilles prescrites par l'État (Drac Ile-de-France), et réalisées par l'Inrap pour le SIAAP (Syndicat Interdépartemental pour l'Assainissement de l'Agglomération Parisienne) sont un préalable à la modernisation des installations du syndicat. Les 28 hectares fouillés portent sur la totalité du front d'attaque sud du fort.

Louis XIV et le fort Saint-Sébastien, ou l'art de la guerre

Edifié en 1669, le fort Saint-Sébastien est un quadrilatère de 600 m sur 380 m. Il s'agit d'une fortification de terre, avec fossés, talus et palissades, permettant de simuler le siège et la prise de places fortes. Les impressionnants fossés du fort mesurent 7 m de large et 3 m de profondeur.

comment-s-entrainaient-les-troupes-de-louis-xiv-article-main.jpg

Assezat Michel /INRAP

Ils sont dotés de bastions d'angles et de redans flanquant les entrées. Le talus interne (escarpe) est revêtu d'une remarquable maçonnerie de briques d'argile crue. Ce mode de parement, présent sur toute la longueur de l'escarpe, est surtout destiné à absorber le choc des boulets de canon.

Les zones d'exercice se caractérisent par de complexes réseaux de tranchées d'approche, technique d'attaque systématisée par Vauban, et utilisée à grande échelle lors du siège de Maastricht en 1673. 
Le fort Saint-Sébastien constitue à ce jour une découverte inédite. Ce fort est en effet un exceptionnel témoin de la poliorcétique, l'art du siège, de la deuxième moitié du XVIIe siècle, un sujet qui n'avait encore jamais été appréhendé, en France, par l'archéologie.

Cette période est aussi une époque importante dans l'histoire de l'art de la guerre. Elle marque une transition dans l'histoire militaire française avec les prémices d'une armée de métier où, pour la première fois, les soldats sont recrutés et non plus enrôlés, sont dotés d'uniformes, soldés et entraînés.

D'Achères... à la prise de Maastricht

Durant deux ans, le fort Saint-Sébastien accueille jusqu'à 30 000 soldats à la manoeuvre. Les archéologues exhument les zones de campement et de cantonnement des troupes, matérialisées à l'intérieur du fort, par des alignements de bâtiments, celliers, puits et foyers. L'abondant mobilier contenu dans les structures (céramique, restes de faune, verre, dés à jouer, pipes en terre cuite...) révèlent les modes de vie et d'alimentation des soldats et les types d'approvisionnement de l'armée royale.

670x510-5794-vignette-14-st-germain-en-laye-r03.jpg

Ensemble de céramiques et d’objets liés à la vie quotidienne des soldats (dés à jouer, monnaies, pipes, pot à onguent, pot à cuire, plat de service, pot en grès).  © Michel Assezat, Inrap

670x510-5788-vignette-01-st-germain-en-laye-r03.jpg

Dés à jouer en os © Michel Assezat, Inrap

670x510-5787-vignette-03-st-germain-en-laye-r03.jpg

Pipes en terre cuite décorées de symboles royaux (fleurs de lys, couronnes, dauphins). © Michel Assezat, Inrap

670x510-5784-vignette-06-st-germain-en-laye-r03.jpg

Petit pot à onguent en grès et ensemble de monnaies en alliage cuivreux du XVIIe siècle. © Michel Assezat, Inrap

670x510-5783-vignette-07-st-germain-en-laye-r03.jpg

Détail d’une monnaie en alliage cuivreux du XVIIesiècle. © Michel Assezat, Inrap

Toutes ces découvertes témoignent de la vie quotidienne des soldats et de l'organisation sociale et spatiale d'une communauté militaire très hiérarchisée où cohabitent fantassins, gendarmes, cavaliers, mousquetaires... 
Confrontées aux abondantes archives textuelles et iconographiques, les données archéologiques permettent déjà d'établir deux phases d'occupation, matérialisées par deux organisations spatiales différentes et cela malgré la courte existence du fort.

En août 1670, les troupes de Louis XIV, bien entraînées, lèvent le camp et partent en campagne. Le fort Saint-Sébastien est alors arasé, les terres remises en culture en 1671. Les soldats ayant séjourné à Achères sont ceux qui, au côté de Charles de Batz-Castelmore, comte d'Artagnan, combattent pendant la guerre de Hollande (1672-1678) et s'illustrent, en 1673, par la prise de Maastricht en un temps record alors qu'il faut ordinairement plusieurs mois pour une telle opération militaire.

Dans le cadre des 3e Journées nationales de l'Archéologie, le chantier sera ouvert au public, samedi 23 juin de 14h à 18h et dimanche 24 juin de 10h à 18h, à l'occasion de la fête de la lavande du SIAAP (inscription sur place uniquement).

La société de production Gédéon Programmes produit un documentaire de 52 mn réalisé par Laurent Marmol sur les fouilles du fort Saint-Sébastien. Ce film, coproduit par la chaîne Histoire, l'Inrap, Dassault Systèmes, avec le soutien de la Drac Île-de-France, du CNC, de la Procirep-Angoa et du programme média de la Commission européenne, sera diffusé en 2013 sur la chaîne Histoire.

indi-cours-logo-8.png

INDIana UNIversitas

 

INSTITUT SUPERIEUR D'ANTHROPOLOGIE

 INSTITUTE OF ANTHROPOLOGY

ONLINE COURSES / COURS A DISTANCE 

ANTHROPOLOGY / ARCHAEOLOGY

FALL TERM : OCTOBER 2014

REGISTER NOW